En 2007, Kevin Gibson, policier de Winnipeg et amateur de musique depuis toujours, s’est donné comme mission d’améliorer la vie des jeunes grâce à la musique et aux arts. Trois ans plus tard, M. Gibson a eu l’occasion de présenter son projet, qui allait devenir Status4, au conseil municipal.

Le conseiller Thomas Steen, représentant d’Elmwood-East Kildonan et ancien membre des Jets de Winnipeg, a été emballé par l’idée. Grâce à son soutien, on a mis à la disposition de Kevin Gibson un local vide au fin fond du Elmwood’s East End Cultural and Leisure Centre en mai 2011.

En quelques mois, M. Gibson a rénové le petit local pour en faire un studio de musique et a commencé à offrir gratuitement aux jeunes du quartier des programmes de musique enseignés par des professionnels bénévoles. Mais le projet ne s’est pas arrêté là; en mai 2012, Status4 occupait un deuxième local plus grand comprenant une scène.

À mesure que Status4 prenait de l’expansion physiquement, sa liste de programmes s’allongeait. Aujourd’hui, les professeurs de Status4 enseignent divers instruments, l’enregistrement audio-vidéo, les techniques d’écriture de chansons et même le taekwondo à un nombre croissant de participants enthousiastes.

Nous sommes fiers du petit rôle que nous avons joué dans l’expansion et l’évolution de Status4, l’organisme ayant reçu une subvention communautaire à la musique MusiCompte TD en 2013 de 25 000 $. En cette période où nous acceptons les demandes de subventions communautaires à la musique MusiCompte TD 2014, nous avons invité Kevin Gibson à nous en dire plus sur l’aventure inspirante de Status4 et la croissance de son organisme.

Musique TD : Status4 est situé dans le quartier d’Elmwood à Winnipeg; décrivez-nous brièvement ce quartier et votre lien avec ce quartier.

Kevin Gibson : J’ai passé plus des deux tiers de mes 26 ans de carrière dans la police dans le secteur d’Elmwood; une grande partie de ma vie et mon travail est liée à cette collectivité. Elmwood est un quartier particulier en ce sens qu’il fait face à tous les problèmes socio-économiques d’un milieu normalement plus urbain, mais comme il est séparé du centre par une rivière, Elmwood a longtemps été le parent pauvre sur le plan du soutien et des services communautaires dont il a cruellement besoin. La situation a changé ces deux dernières années, Elmwood étant devenu davantage une priorité, et des mesures de rattrapage qui se faisaient attendre depuis longtemps ont été prises.

Quand j’ai commencé à mettre sur pied cet organisme, je ne savais pas qu’on m’offrirait un local dans un ancien centre communautaire d’Elmwood, mais je suis très heureux et fier d’avoir démarré Status4 ici et de partager notre travail avec toutes les collectivités dans le besoin.

Status4 et ses programmes se sont-ils fait connaître rapidement chez les jeunes?

Je crois qu’au début, les jeunes étaient simplement très curieux et sont venus voir ce qui se passait. Même moi, j’avais du mal à expliquer ce que j’essayais de faire, car le local original qu’on m’avait donné était un réduit presque inhabitable à l’autre bout du centre, loin des jeunes. Pendant les travaux de rénovation majeurs et l’installation de l’équipement, les jeunes m’ont vu aller et venir, quelquefois en uniforme avec mon ceinturon et mon arme et d’autres fois en vêtements de travail couverts de peinture avec une ceinture porte-outils. Et pour compliquer les choses, quand je prenais une pause, je chantais en m’accompagnant à la guitare. Ils ont peut-être pensé que j’étais fou!

Thumb img 0664 yb1

À mesure que les lieux se transformaient, je remarquais que l’intérêt des jeunes augmentait, surtout quand ils demandaient à tenir une guitare ou à essayer la batterie. Je les laissais jouer pendant que je me remettais au travail. On s’est passé le mot au même rythme que les rénovations progressaient et tout naturellement, ils ont été de plus en plus nombreux à venir. 87 jeunes sont maintenant inscrits à nos divers programmes et ils seront plus de 100 quand nous offrirons les nouveaux cours de clavier et d’enregistrement audio-vidéo.

À quels instruments les jeunes de Status4 ont-ils accès?

Guitares acoustiques, électriques et basses, ainsi que claviers, batteries et autres instruments à percussion. Il y a des jeunes dans tous ces programmes et notre programme de chant est très populaire.

La plupart des jeunes n’avaient pas accès aux instruments ou aux cours avant Status4; ils avaient donc peu ou pas d’expérience, mais de la volonté et de l’ambition à revendre. Nos professeurs qualifiés sont en mesure d’évaluer et de noter les jeunes sur leur capacité à jouer de leur instrument pour s’assurer qu’ils atteignent un certain niveau. En même temps, les participants ont l’occasion d’explorer leur côté créatif et d’acquérir de la confiance en eux pour approfondir leur expression musicale.

Les participants de Status4 jouent-ils souvent devant le public?

Nous avons été invités à jouer à un certain nombre d’activités communautaires, notamment à une collecte de fonds pour soutenir la chorale de Status4, qui a été organisée par Spirit’s Call Choir, une chorale communautaire d’adultes. Nos jeunes ont chanté avec les 120 membres de Spirit’s Call, tous vêtus d’une belle toge violette. Cette activité a eu lieu au gymnase de l’école secondaire Elmwood High School devant plus de 500 personnes et c’était un moment très fort! [Regardez la vidéo ici.]

En août dernier, la chorale de jeunes de Status4 a aussi chanté à la conférence nationale de l’Association canadienne des chefs de police qui a eu lieu à Winnipeg. Nous étions au programme du grand gala officiel. En sortant, les chefs de police ont félicité les jeunes en faisant des « high fives ».

Thumb standing ovation  high 5s from canadas police chiefs yb

Qu’est-ce que la musique a changé dans la vie des jeunes de Status4?

Grâce à nos programmes, j’ai vu de nombreux jeunes découvrir un côté d’eux-mêmes qui a toujours été présent, mais qu’ils n’avaient pas eu la chance d’exploiter. La fierté, la confiance, la discipline et la créativité que les jeunes ont développées grâce à Status4 et les amitiés qu’ils ont tissées continueront d’être nos balises.

Status4 a progressé à pas de géant depuis 2011; comment la subvention communautaire à la musique MusiCompte TD 2013 vous a-t-elle aidé?

Cette subvention a été extrêmement utile, car elle nous a permis de créer notre tout nouveau programme de clavier, d’enrichir notre programme de guitare et d’améliorer nos capacités de jouer devant public grâce à du nouveau matériel de sonorisation. Elle a aussi permis à nos jeunes d’enregistrer leur travail de création à un niveau de qualité qui fera sourire d’approbation n’importe quel musicien. Nos programmes ont toujours été de grande qualité, mais disons que cette subvention a mis de la couleur dans un univers noir et blanc.

Quelle est la suite des événements pour Status4?

Le projet LAVA, acronyme anglais de leadership par les arts audio-vidéo, est l’un de nos plus récents programmes. Réalisé en partenariat avec l’école secondaire Elmwood High School, qui est située à moins d’un coin de rue de nos locaux, ce programme de Status4 enseignera les techniques d’enregistrement audio-vidéo. Les jeunes apprennent la théorie en classe avec un enseignant qualifié, puis ils passent à la partie pratique avec nos producteurs audio-vidéo expérimentés. LAVA offre une expérience d’apprentissage unique et permettra d’obtenir un crédit d’études secondaires officiel.

Nous venons à peine de commencer le projet LAVA et déjà, on a demandé à Status4 de s’occuper de l’enregistrement audio-vidéo d’un atelier d’écriture de chansons organisé par l’école secondaire Elmwood High School et le Winnipeg Folk Festival. Les possibilités sont énormes.

Nous prévoyons aussi développer et augmenter nos capacités en ligne pour intéresser les jeunes et leurs familles, y compris les collectivités du Nord. De nombreuses collectivités sont éloignées géographiquement parlant, mais la technologie peut nous rapprocher.

Quel conseil donneriez-vous à ceux qui prévoient demander une subvention communautaire à la musique MusiCompte TD 2014?

D’abord, de rester fidèles à leur rêve et à l’objectif d’aider les autres; ni l’un ni l’autre ne devrait être motivé par une subvention. Et aussi de travailler fort, d’être prêt à examiner le projet sous tous ses angles et à s’armer de patience et de persévérance. Des subventions importantes finiront par être accordées pour soutenir un rêve et un objectif commun.