Honey Jam braque les projecteurs sur les meilleures artistes féminines depuis 20 ans

22 mai 2015 


Si la nécessité est la mère de l’invention, alors Ebonnie Rowe est la fille dont le travail transforme les obstacles en occasions. Fondatrice et chef de la direction de PhemPhat Entertainment Group, Ebonnie cultive le talent de jeunes musiciennes canadiennes depuis deux décennies, notamment en produisant Honey Jam, une vitrine artistique annuelle entièrement féminine, multiculturelle et multi-genre qui se tient à Toronto.

En 1995, Ebonnie était adjointe juridique et gérait le programme de mentorat Each One, Teach One. Dans le cadre de ses efforts, cette femme au franc-parler a décidé d’attaquer de front la question du sexisme dans la culture hip-hop, et dans l’industrie musicale en général. Elle a été invitée à collaborer à un numéro spécial consacré aux femmes du magazine MicCheck, qui a été lancé lors d’une soirée intitulée « Honey Jam ». Il devait s’agir d’un événement unique, mais Honey Jam a suscité un intérêt et a donné naissance à une série.

« Il n’y avait pas vraiment de débouchés pour les femmes en tant que DJ et maître de cérémonie, explique Ebonnie lors d’une conversation avec Musique TD. Les premières années portaient surtout sur le hip-hop, car Honey Jam était une réponse à la représentation négative des femmes dans la culture hip-hop. Je me suis dit que j’essayerais une année pour voir comment les choses allaient se passer. Et nous voilà 20 ans plus tard! »


Thumb img 4354


Au départ, l’événement se déroulait dans une salle intime. Mais rapidement, Honey Jam a réussi à remplir une boîte de nuit de 700 personnes après que le promoteur Jonathan Ramos a invité PhemPhat à produire cette fête dans le cadre de ses dimanches hip-hop.

« C’est lors de la deuxième édition que nous avons organisée avec Jonathan, en 1997, que Nelly Furtado est montée sur scène, se souvient Ebonnie. Les choses ont énormément changé par la suite; sa carrière a été lancée. »

« Après cela, nous avons dû être plus sérieux. Avant, ce n’était que par amour. Si vous me disiez "Ebonnie, ma nièce sait chanter", je répondais "Super, emmène-la!". Mais quand les gens de l’industrie ont vu Honey Jam comme un événement à ne pas rater, les médias sont arrivés et les attentes ont augmenté. Nous avons dû structurer le tout. Nous devions livrer la marchandise. »

Pour ce faire, Ebonnie a ajouté des auditions devant des membres de l’industrie musicale afin de s’assurer que les artistes présentées au concert estival annuel seraient remarquables. Ça a fonctionné! La scène de Honey Jam a permis de donner un élan à la carrière d’autres artistes, comme Melanie Fiona, Jully Black et Kellylee Evans.

Vingt ans plus tard, Ebonnie croit que les choses ont énormément changé (« Il y a beaucoup plus de femmes dans l’industrie. Je me sentais comme une révolutionnaire au début, mais je n’ai plus l’impression d’avoir de barrières à défoncer. ») et voit maintenant Honey Jam comme un programme de perfectionnement pour les jeunes artistes. En plus de la visibilité offerte par le concert et les prix connexes, les participantes bénéficient, entre autres, d’ateliers, de mentorat et d’occasions de réseautage.


Thumb img 4132

« Mais, les artistes parlent avant tout de l’espace accueillant, chaleureux et positif où elles peuvent être elles-mêmes – une sororité. Ce n’est pas qu’une compétition, les filles établissent immédiatement des liens entre elles. Elles peuvent relaxer ensemble, se soutenir lors de leurs différents spectacles et créer leur propre communauté artistique. »

La TD est fière d’appuyer les efforts de PhemPhat, notamment en commanditant les auditions très attendues de Honey Jam Canada, qui auront lieu le dimanche 31 mai au théâtre Mod Club. Chaque année, près de 200 jeunes femmes ont une minute pour montrer de quoi elles sont capables devant un public composé d’amis, d’artistes, de gens de l’industrie et d’amoureux de la musique. Même si seulement 15 à 20 artistes seront sélectionnées pour participer au concert de Honey Jam Canada qui se tiendra le 13 août, Ebonnie souligne que l’atmosphère lors des auditions est festive.

« Ce n’est pas du tout tendu. Les artistes ne savent pas si elles sont sélectionnées pour le concert le jour même. Après leur audition, elles peuvent partir, mais elles restent. Elles restent et encouragent les autres. Elles sont toutes solidaires. C’est une expérience magnifique. »

L’expérience démarre lors d’une fête spéciale soulignant le 20e anniversaire le 27 mai au Revival. Et comme pour tous les événements Honey Jam, tout le monde est invité.