Parlons de jazz : Les divers visages des festivals de musique d’été (Partie 1)

23 juin 2015

 

Vous croyez connaître le jazz? Depuis sa naissance au début des années 1900, la musique jazz s’est avérée difficile à définir. Ça n’a jamais été un genre à l’orientation ciblée, mais plutôt un genre englobant et suscitant une vaste gamme de sons marqués fondamentalement par l’improvisation. Du swing au hip-hop, des générations de musiciens partout dans le monde se sont mutuellement inspirées afin de créer de nouvelles formes hybrides, de manière à élargir le registre et la portée du jazz.

C’est véritablement un moment des plus stimulants pour participer à l’un des festivals internationaux de jazz que soutient la TD à l’échelle du Canada. Grandement populaires et en constante évolution, ces festivals affichent des programmes aux sons incroyablement variés et mettent en vedette d’impressionnants talents du Canada et d’ailleurs, qui trouvent le moyen de cohabiter dans la grande maison qu’est le jazz. La diversité musicale se reflète dans les visages sans cesse changeants des spectateurs dont le nombre croît sans cesse.

Pour cette série en deux parties, nous parlons donc avec des membres du personnel de festivals à propos de ce qu’ils voient et entendent.


QU’EST-CE QUE LE JAZZ EN 2015? 


« Si vous demandez à 100 personnes la définition du terme "jazz", vous obtiendrez 100 réponses différentes », affirme Josh Grossman, directeur artistique du Festival de jazz de Toronto TD, qui a lieu du 18 au 29 juin. « Nous profitons aujourd’hui des fruits d’au moins deux générations de musiciens qui ont grandi en écoutant une musique beaucoup plus variée que leurs prédécesseurs – et en y ayant plus facilement accès. Par conséquent, le jazz a beaucoup changé; il ne peut plus être classé dans seulement quelques catégories, comme le jazz traditionnel, le jazz moderne et le swing. Il peut aujourd’hui être combiné à du rock, à du R&B, à du hip-hop, à de la musique classique contemporaine et plus encore! »

« Le jazz est une famille très accueillante », ajoute Petr Cancura, chargé de programmation pour le Festival international de jazz d’Ottawa, qui a lieu du 18 juin au 1er juillet. « Aujourd’hui, cette musique comprend toutes sortes de genres et de styles. L’aspect intimiste et audacieux de l’improvisation est l’un des fondements du jazz. Les musiciens qui incarnent vraiment le jazz ouvrent leur cœur au public et l’entraînent dans un voyage unique vers ce moment. »


Thumb toronto 1a

QUI SONT VOS SPECTATEURS? 


« [Notre] public comprend aussi bien des amateurs qui ont connu un vaste pan de l’histoire du jazz, que des jeunes qui ressentent l’énergie des nouveaux genres, explique M. Cancura. À l’autre extrémité du spectre se trouvent les personnes à la recherche d’émotions fortes et les danseurs qui usent la piste de danse. Il n’est pas rare de retrouver les mêmes visages assister un soir à un spectacle intimiste d’avant-garde et se défouler le lendemain devant un orchestre de cuivres d’inspiration indépendante. »

« Un festival ne peut grandir et se maintenir que grâce à une combinaison d’habitués et de nouvelles têtes, souligne M. Grossman, du Festival de jazz de Toronto TD. Chaque année, nous essayons de présenter des artistes que nous ne connaissons pas et qui ont tendance à attirer un public lui aussi renouvelé. Snarky Puppy en est un formidable exemple : il s’agit d’un groupe qui joue à Toronto depuis plusieurs années et qui compte un public fidèle, en particulier chez les étudiants en musique qui poursuivent des études postsecondaires. Lorsque nous les invitons sur une scène principale, nous attirons un public qui ne serait peut-être pas venu assister aux autres spectacles autrement. »

 

Thumb winnipeg

 

QUI METTREZ-VOUS EN VEDETTE CETTE ANNÉE?


Même si chaque festival a une identité et un public qui lui sont propres, ils sont tous axés sur l’avenir.

« La présentation d’un jazz de classe internationale est au cœur de ce que nous faisons », souligne Paul Nolin, chef de production du Festival international de jazz de Winnipeg TD (en cours jusqu’au 21 juin). « Ceci étant dit, nous pensons aussi qu’il est important d’avoir une programmation diversifiée, du jazz sous toutes ses formes au blues, au R&B, à la soul, au hip-hop et à la musique de danse.

« En ce qui concerne le jazz, j’aime me tenir à l’affût des artistes qui font en sorte que cette forme d’art demeure vibrante et stimulante. Cette année, nous recevons Otis Brown III, un jeune artiste qui vient de sortir un disque chez Blue Note. J’ai aussi déjà travaillé avec Robert Glasper, Vijay Iyer, Rudresh Mahanthappa, Christian Scott, The Bad Plus et beaucoup d’autres. Leur approche audacieuse, empreinte de jeunesse, qui combine souvent le jazz à d’autres genres, est ce qui garde la musique vivante et vibrante. »


Thumb vancouver

 

VASTE APERÇU DE LA PROGRAMMATION 

De même, Ken Pickering, directeur artistique et cofondateur du TD Vancouver International Jazz Festival (Festival international de jazz de Vancouver TD), qui a lieu du 18 juin au 1er juillet, affirme que : « Le maintien d’une programmation musicale variée et équilibrée permet au festival d’attirer un nouveau public plus jeune chaque année depuis sa création, tout en conservant un vaste public d’habitués.

« Des jeunes dans le vent, des passionnés de jazz, des technophiles, des jeunes, des spécialistes de la culture et des amateurs de musique en tout genre peuvent y trouver une musique stimulante qui résonnera en eux, ajoute M. Pickering avec enthousiasme. Le festival a évolué au cours des 30 dernières années grâce à une vision et à un engagement indéfectibles sur le plan de la créativité sur le plan du jazz. Aujourd’hui, le festival reflète la créativité en matière de jazz contemporain et il s’agit essentiellement d’un sommet du jazz qui combine l’improvisation musicale et des formes hybrides grâce à des artistes venant du monde entier. »

Vingt-cinq pays sont représentés au festival de Vancouver, en 2015, dont Jimmy Heath, traditionaliste apprécié du grand public, des traditionalistes modernes, tels que The Roots et le Christine Jensen Jazz Orchestra, des traditionalistes hybrides, comme Ester Rada et Banda Magda, des artistes novateurs de jazz postmoderne, tels que The Bad Plus Joshua Redman, et des artistes qui mélangent les genres, comme Snarky Puppy, GoGo Penguin, et Zaki Ibrahim.

À Toronto, Josh Grossman résume la situation ainsi : « Nous présentons des artistes de jazz, inspirés par le jazz et ayant une influence sur le jazz. » Il donne l’exemple du « Legendary Count Basie Orchestra, l’un des plus importants groupes dans l’histoire du jazz », de Tower of Power, groupe funky soul très influent et d’une gamme impressionnante d’autres talents.

« Nous voulons célébrer la façon dont le jazz en est arrivé là où il en est aujourd’hui et la direction qu’il prend à l’avenir. »

Darryl Mar, producteur du Festival de jazz international de Victoria TD, qui a lieu du 19 au 28 juin, tisse également des liens entre le passé et le présent.

« [Notre] philosophie en matière de programmation est la même depuis 32 ans, souligne-t-il. Le jazz est fondamental, mais nous essayons d’axer notre programmation sur les tendances mondiales dans d’autres genres afin d’attirer un nouveau public.

« Nous présentons tous les styles de jazz, ainsi que du blues et du R&B, de la musique du monde et de la musique traditionnelle. [Cette année], nous recevons Freshlyground, d’Afrique du Sud, Troker, du Mexique, Eliane Elias, du Brésil, Ester Rada, d’Israël, et beaucoup d’autres. Nos têtes d’affiche comprennent Lisa Fischer and Grand Baton, Pink Martini et Tower of Power. Nous recevons également 165 artistes locaux, qui présentent des spectacles gratuits et payants. »

À Ottawa, Petr Cancura donne un aperçu avec enthousiasme.

« Cette année est vraiment particulière, puisque nous célébrons le jazz européen, des groupes d’envergure, tels que Paal Nilssen-Love, l’un des plus grands improvisateurs de l’heure, et le virtuose avant-gardiste Tin Men and The Telephone. Un projet spécial réunit le formidable Joe McPhee, des États-Unis, Jesse Stewart, d’Ottawa, et Nicolas Caloia, de Montréal. La scène principale recevra de nombreux artistes populaires talentueux d’inspiration jazz, tels que Chris Botti, The Roots et Snarky Puppy et, si vous voulez danser, vous pourrez le faire chaque soir grâce aux divers spectacles survoltés donnés tant par des musiciens chevronnés que par de jeunes espoirs, comme The Soul Rebels, de La Nouvelle-Orléans, Freshlyground, d’Afrique du Sud, et Reuben and the Dark, de Toronto. »

 

 Thumb victoria


La semaine prochaine, dans la partie 2, vous en apprendrez davantage sur les facteurs qui motivent les décisions concernant la programmation et nous parlerons de faits importants au sujet des festivals de jazz appuyés par la TD, qui auront lieu plus tard cet été.